Art

Is there not more to public policy than the daunting superabundance of reports written in a cold and rigid bullet-point-interspersed prose? Why would art not also be used to speak to social needs, such as accountability in education, for example? Located at the literal and figurative heart of our public policy report is our response to this question. Specially commissioned for this project, an artwork by Josée Pedneault actively participates in the construction of the argument that we articulate.

Public policy goes beyond a series of measures put in place in, and by, a society. It necessarily involves and contends with the complexity of our systems – a complexity that is too easily omitted from the public discourse. Working with art, this conceptual dimension is re-inscribed into the discourse. The language of fine art is constructed of codifications of the image that are constantly called into question, reinterpreted and deconstructed. The opacity of the resulting artwork requires a pause on the part of the viewer, and a different perspective on the object observed. The state in which a work of art is to be read changes the relationship that the reader experiences with the discourse and exposes its complexity.

Thus, the artwork invites other considerations than the text. Rather than elicit the question “What does it mean?” a productive reading of the artwork invites the question, “What does it do?” Affect then emerges as a key element in the understanding of meaning and reveals the fundamental element of interpretation in the act of reading. By deconstructing the mind/affect dichotomy typically inscribed in the collective unconscious and by revealing its opacity, the work of art communicates the true complexity and the human scale of public policy discourse.

In the more precise context of our project on the effects of standardized tests, the artwork plays two key roles. The range of interpretations it proposes resists the standardization of public policy discourse. This effect of the artwork arises directly as a subtle critique of the effects of the standardization of education, and consequently of thought, engendered by standardized testing regimes.
The artwork presented in our report (also used throughout this Website) consists of lenticular images and photography, and playfully engages its viewer in a chimerical succession of insubstantial structures.

Standardized tests are linked to a reduction in the time devoted to the teaching of art in schools. Reviving artistic discourse in public policy work allows us to emphasize the importance of teaching this discipline. In this context, art has a central role. It adds to the depth of the report and allows the reader to better appropriate its discourse. In other words, it allows a better understanding of the issues raised and is directly involved in the construction of civic engagement.

ABOUT THE ARTIST
Josée Pedneault  is a Montreal-based professional artist who teaches photography at Concordia University. Through photography, video and installations, Josée explores the delicate structure of human relationships and the emotional ties that bind us to the world. Her ideas spring forth from both personal experiences and observation: attachment and detachment, transitional moments, and uprootings. Intimate and delicate images often hide a sobering nostalgia for the inaccessible and a disillusionment stemming from lost hopes. Exploring contemplative and poetic worlds, and often consisting of an important number of images, the artist’s projects are typically presented as installations. Travel, the existential quest, and wandering are central themes explored in her works, which offer a reflection on human experience, our desires, our failures and our utopias. (Her site: www.joseepedneault.com)

Original Artwork by Josée Pedneault (www.joseepedneault.com)

by/par Josée Pedneault (www.joseepedneault.com)
CLICK TO ENLARGE / CLIQUEZ POUR AGRANDIR

 

N’y-t-il pas plus à la politique publique qu’une série d’arguments énoncés dans un langage froid et rigide, point par point et présentés un nombre presqu’effrayant de rapports publics ? Pourquoi l’art ne serait-il pas en mesure de parler de mesures sociales comme la responsabilisation en éducation par exemple? Au cœur de notre rapport s’inscrit l’œuvre de Josée Pedneault. Cette œuvre, commandée pour notre projet, participe activement à la construction de la proposition que nous y énonçons.

La politique publique va au-delà d’une série de mesures mises en place dans une société. Elle implique des questions complexes sur nos systèmes que nous évacuons trop facilement du discours public. En travaillant avec des œuvres, cette dimension conceptuelle se réinscrit dans le discours. Le langage artistique se construit sur des codes de l’image sans cesse remis en question, réinterprétés et déconstruits. Cette opacité requiert un temps d’arrêt lors de la lecture et un regard différent sur l’objet observé. Cet état que suscite la lecture de l’œuvre d’art change la relation du lecteur au discours et en expose la complexité.

Ainsi, l’œuvre interroge autrement que le texte. Plutôt que de poser la question « qu’est-ce que cela veut dire? » une lecture de l’œuvre s’opère lorsque la question posée est « qu’est-ce que cela fait? ». L’affect s’impose alors comme un élément essentiel à la compréhension du sens et révèle la part d’interprétation fondamentale dans l’acte de lecture. En déconstruisant la dichotomie intellect/affect inscrite dans l’imaginaire collectif et en présentant son opacité, l’œuvre redonne au discours de politique publique sa complexité et son échelle humaine.

Dans le cadre plus précis de notre projet sur les effets des tests normalisés, l’œuvre d’art joue deux rôles essentiels. L’éventail d’interprétations qu’elle propose résiste à la normalisation du discours public. Cet effet de l’œuvre se pose directement comme une critique subtile des effets de la standardisation de l’enseignement et, conséquemment de la pensée, qu’entraînent les tests normalisés. Les œuvres d’art présentées dans notre rapport (et sur ce site Web) sont constituées d’images photographiques lenticulaires; elles engagent leurs spectateurs dans une succession ludique de structures chimérique non-substantielles.

Les tests normalisés sont lies à un réduction du temps accordé à l’enseignement de l’art dans les écoles. La réinscription d’un discours artistique dans un travail de politique publique nous permet de souligner l’importance de l’enseignement de cette discipline. L’art a ici un rôle central. Il ajoute à la profondeur et à l’appropriation que le lecteur se fait du discours. En d’autres mots, il permet une meilleure compréhension des enjeux soulevés et il participe directement à la construction de l’engagement citoyen.

À PROPOS DE L’ARTISTE
Josée Pedneault  travaille comme artiste professionnelle à Montréal et enseigne la photographie à l’Université Concordia. Par la photographie, la vidéo et l’installation, Josée explore la délicate construction des rapports humains ainsi que les liens affectifs qui nous unissent au monde. Ses idées prennent racine à partir d’expériences personnelles vécues ou observées : l’attachement et le détachement, les moments de transitions, le déracinement. Des images au caractère intime et délicat cachent souvent un arrière fond plus grave; une nostalgie pour ce qui est inaccessible, une désillusion face aux espoirs perdus. Tournés vers un imaginaire contemplatif et poétique, et souvent constitués d’une importante quantité d’images, les projets de l’artiste sont typiquement présentés sous forme d’installations. Le voyage, la quête existentielle et l’errance sont au centre des thématiques explorées dans ses œuvres, lesquelles proposent une réflexion sur l’expérience humaine, nos désirs, nos échecs et nos utopies. (Son site: www.joseepedneault.com)

This project has been undertaken pursuant to an Action Canada fellowship. Action Canada Foundation (ActionCanada.ca), doing business as Action Canada, is a registered charity funded in part by the Government of Canada with a mandate to build leadership for Canada’s future. The views, opinions, positions and/or strategies expressed on this site, our Twitter Feed, and our Facebook Page are those of the authors alone (Sébastien Després and/or Marie-Josée Parent), and do not necessarily reflect the views, opinions, positions or strategies of Action Canada, Action Canada Foundation, the Action Canada Task Force on Standardized Testing, or the Government of Canada. Action Canada, Action Canada Foundation, and the Government of Canada make no representations as to the accuracy, completeness, reliability, non-infringement or currency of any information on these sites, and will not be liable for any errors or omissions in this information, or any losses, costs, injuries or damages arising from its display, use or publication.
Le présent projet a été entrepris dans le cadre du Programme d’Action Canada. La Fondation Action Canada (ActionCanada.ca), faisant affaires sous le nom d’Action Canada, est un organisme de bienfaisance enregistré, financé en partie par le gouvernement du Canada, qui a pour mission de renforcer le leadership pour l’avenir du Canada. Les points de vue, opinions, positions et/ou stratégies exposés sur ce site, notre page Facebook, ou notre RSS Twitter sont ceux des auteurs (Sébastien Després et/ou Marie-Josée Parent) et ne reflètent pas nécessairement les points de vue, opinions positions ou stratégies d’Action Canada, de la Fondation Action Canada, du Groupe de travail sur les examens standardisés, ou du gouvernement du Canada. Action Canada, la Fondation Action Canada et le gouvernement du Canada ne garantissent en rien l’exactitude, l’exhaustivité, la fiabilité, la non violation de droits ou l’actualité des informations contenues sur ces sites et ne pourront être tenus responsables d’éventuelles erreurs ou omissions dans cette information, ni des pertes, dépenses, blessures ou dommages qui pourraient résulter de leur affichage, leur utilisation ou leur publication.